électricité: Projet Hercule d'EDF, de prochaines hausses du prix de l'électricité à l'horizon ?

Projet Hercule d’EDF: Faut-il se préparer à de prochaines hausses du prix de l’électricité ?

Ledit projet Hercule d’EDF verra le jour pendant l’été 2020. Programmé pour le début de l’année, ce projet de restructuration de la compagnie d’électricité française EDF a été retardé de quelques mois dans l’attente d’une réforme plus large de la réglementation de l’électricité. En quoi consiste ce projet, quelles sont les retombées sur les consommateurs français ?

 

Le projet Hercule favorise une scission d’EDF en deux entités distinctes. En effet, premièrement, il s’agit de mettre la production nucléaire et le thermique à flammes – les centrales au gaz, au charbon, les turbines à combustion – regroupés dans une entité « bleu » qui serait détenue à 100 % par l’État. Parallèlement, il y a la création d’une société régie sous le code « vert ». Cette dernière devrait regrouper Enedis (la distribution), EDF Renouvelables, Dalkia (une filiale d’EDF), EDF en Outre-mer et en Corse, certaines activités internationales, ainsi que la direction commerciale – soit les 8500 salariés qui gèrent la facturation et les contrats d’électricité en France. Par ailleurs, cette société « verte » pourra s’ouvrir à la privatisation jusqu’à 35% du capital.

 

Ce projet constitue la solution pour EDF afin de restructurer son organisation. En effet, la restructuration envisagée du groupe très endetté impliquerait une scission en deux et la mise de côté du nucléaire. Toutefois, cette réglementation n’est pas au gout de tout le monde. En effet, elle avait déclenché en France une série de grèves et de contestations. Toutefois, selon EDF, la réforme réglementaire était essentielle avant que l’entreprise ne se réorganise. A cet effet, il y a eu une modification du calendrier de présentation des propositions. « Une réorganisation sans meilleure réglementation ne suffirait pas à donner à EDF les moyens financiers de jouer son rôle dans les investissements nécessaires au succès de la transition énergétique »

 

Quelles conséquences pour les consommateurs français

Le marché de l’énergie en France s’est ouvert à la concurrence avec l’avènement des fournisseurs alternatifs. La Commission qui réglemente les aides d’État et la concurrence dans l’Union européenne, avait préalablement approuvé le mécanisme de marché de l’électricité par lequel les concurrents acquièrent environ un quart de la production nucléaire annuelle d’EDF, à 42 euros le mégawatt-heure (MW). Ce dispositif visait ainsi à donner leur donner un accès équitable à l’énergie nucléaire.

 

Ainsi, afin de permettre l’émergence de la concurrence sur le marché français, le fournisseur historique se doit de vendre une certaine quantité d’électricité nucléaire à tarif avantageux : 42€ le MWh. Or, EDF souhaiterait augmenter ce montant et vendre un peu plus cher son électricité. Ceci constitue d’ailleurs la condition sine qua none pour que l’Etat enclenche le projet Hercule.

 

Cette restructuration favorisera t-elle une hausse des prix de l’électricité. En tout cas, la baisse des tarifs n’est pas d’actualité. Par ailleurs, il est plus pertinent de s’attendre à une hausse qu’à une baisse au vu de la situation, d’où l’intérêt de comparer et de changer de fournisseur d’énergie.  En effet, si le prix de l’ARENH venait à augmenter, il impactera probablement une grande partie des consommateurs français.

 

 

 

 

Categorie
Tags
Share via
Copy link
Powered by Social Snap