Hausse tarifs réglementés gaz décembre 2019

Nouvelle hausse de 0.6% du tarif réglementé de gaz ce 1er Décembre 2019.

Le tarif du gaz qu’elle soit en baisse ou en hausse, évolue constamment chaque mois. Et ce mois-ci, loin de s’arrêter après une hausse de 3% en novembre, l’augmentation des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz naturel, pratiqués par Engie, repart de plus belle en affichant cette fois-ci une hausse de 0.6% au mois de décembre. La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) l’a fait savoir par voie de presse le mercredi 27 novembre.

Une nouvelle hausse du tarif du gaz

Mauvaise nouvelle pour ceux qui ont souscrit aux tarifs réglementés de gaz ! En effet, 4 millions de particuliers seront touchés par cette augmentation des tarifs de gaz naturel ce décembre. Et cette hausse est tout à fait répartie selon les ménages et selon la nature de chaque consommation de gaz naturel. Comme le précise la CRE, « cette augmentation est de 0,1% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,3% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 0,6 % pour les foyers qui se chauffent au gaz ». Selon la CRE, cette augmentation est due à une hausse des coûts d’approvisionnement pour Engie.

Pourquoi le tarif réglementé du gaz augmente?

Le prix du gaz dépend de plusieurs facteurs variables tels que les coûts liés à la production, à l’acheminement, au transport et à la commercialisation… Et sur la base de ces derniers on peut observer soit une hausse, soit une baisse. En effet, le prix du gaz naturel prend en compte plusieurs coûts dans son évaluation. Ainsi, on peut classer en deux grandes catégories les coûts qui influent le prix du gaz :

  • les coûts d’approvisionnement du gaz naturel : Ces coûts sont en relation avec les frais d’achat du gaz ;
  • les coûts hors approvisionnement du gaz naturel constitués par :
  • les prix liés à l’acheminement du gaz : Ces coûts sont ceux liés aux transports et à la distribution. Ce sont les pouvoirs publics qui fixent ces prix, qui sont les mêmes pour tous les fournisseurs de gaz ;
  • les coûts en lien avec la gestion commerciale;
  • les coûts de stockage qui sont fixés par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Leur objectif est de permettre d’ajuster la fourniture de gaz selon la demande.

De plus, le gaz est sujet à des taxes. Par exemple, en janvier 2019, 28% du tarif réglementé de gaz naturel correspond aux taxes et aux contributions.

Parmi eux, on peut citer:

  • la Taxe intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN): Elle est collectée par les fournisseurs d’énergie auprès des consommateurs, puis est reversée au service des douanes. La TICGN s’élève aujourd’hui à 8,45€/MWh, après avoir rencontré une forte hausse depuis 2014 ;
  • la Taxe sur la Valeur Ajoutée: Elle s’applique à hauteur de 5.5% sur l’abonnement de gaz du consommateur, et à hauteur de 20% sur le prix du KWh consommés ;
  • la Contribution Tarifaire d’Acheminement : Cette taxe est spécifique au secteur de l’énergie. Elle permet de contribuer au financement du régime des retraites des salariés travaillant dans les industries électriques et gazières.

Ainsi c’est sur la base de tous ces variables que le prix du gaz évolue soit en augmentant soit en baissant.

La fin du tarif réglementé du gaz

Ces tarifs sont voués à disparaître. En effet, la fin des tarifs réglementés du gaz interviendra progressivement jusqu’en juillet 2023. Depuis le 20 novembre 2019, il n’est plus d’ailleurs plus possible de souscrire aux TRV. Désormais, les consommateurs qui souhaitent changer d’offre de gaz doivent automatiquement se tourner vers une offre du marché. A l’orée de 2007, le marché de l’énergie assistait à une concurrence acerbe. En effet, l’ouverture du marché a engendré le développement d’une multitude de fournisseurs ayant comme but d’augmenter au maximum leur part de marché. Ainsi, ces derniers ont cassé les prix, chacun voulant proposer le prix le plus bas.

Cependant, c’est l’Etat qui a toujours tiré et qui même d’ailleurs continue de tirer les ficelles. Et pour cause, malgré cette volonté de toujours tirer les prix vers le bas, il y a toujours eu un tarif, un prix de référence encadré par l’Etat. Jugeant le tarif réglementaire comme contraire au droit européen, il a été décidé que ce dernier est une entrave à la réalisation d’un marché du gaz naturel  concurrentiel. Dès lors, la loi Pacte du 11 avril 2019 prévint la fin des tarifs réglementés du gaz et la loi climat vint pour fixer définitivement la fin de vente de tarifs réglementés du gaz.

Comment trouver le prix de gaz naturel le moins cher ? 

D’après une étude Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire,« l’énergie représente 8,5 % du budget des ménages en 2017 ».  Ce qui du moins constitue une part importante des dépenses des particuliers et professionnels français. Dès lors, chercher un moyen d’optimiser et de rendre moins chère votre facture d’électricité et de gaz demeure primordial. Pour trouver l’offre de marché le moins cher, il faut passer par un comparateur des fournisseurs de gaz. Cela vous permettra de bénéficier les tarifs les plus bas selon votre budget.

Une fois le comparatif effectué vous pouvez souscrire aux offres du marché notamment celles des fournisseurs alternatifs. En effet, quand les tarifs ne sont pas réglementés, les fournisseurs ont la possibilité de changer leurs grilles tarifaires. Ce changement peut se faire chaque mois selon les fluctuations des coûts d’approvisionnement. Certains fournisseurs alternatifs n’ont pas à suivre la formule tarifaire de la CRE dans l’ajustement de leurs coûts. Alors que d’autres, fixent leurs prix en fonction des tarifs réglementés. Ces fournisseurs proposent ensuite un pourcentage de réduction sur le prix du kWh HT indexé sur le tarif réglementé de gaz naturel.

 

Categorie
Tags
Share via
Copy link
Powered by Social Snap